Qu’est-ce que la stéatose hépatique?

La stéatose hépatique se résume à l’accumulation de graisse dans le foie.

Un foie sain doit contenir peu ou pas de graisse. Néanmoins, une petite quantité de graisse dans le foie n’entraîne pas de problème majeur. Mais avoir des niveaux élevés de graisses dans le foie est souvent associé avec un risque majeur de problèmes tels que le diabète, ataques cardiaques ou accidents cardio-vasculaires…

La stéatose hépatique apparaît plus fréquemment chez des individus obèses. Néanmoins, elle affecte également ceratines personnes minces mais dont le régime alimentaire contient un taux très élevé en graisse ou en sucre. Certaines personnes alcooliques dévoloppent également cette patologie. Nous n’évoquerons pas cette stéatose hépatique liée à l’alcool dans cet article.

En général les personnes souffrant cette patologie ne présentent aucun symptôme. Seule une analyse de sang montre une altération des molécules qui indiquent un problème au foie.

Ce qui commence simplement par un peu de graisse dans un foie sain avec le temps peut provoquer une inflammation de l’organe. Cela peut ensuite déboucher sur une cirrhose et une insufisence hépatique.

Tout comme de nombreuses maladies du foie, cette dernière peut progresser et se tranformer en un cancer du foie. Pour cette raison, il est imortant de traiter le plus rapidement possible ce problème.

Image de gauche: foie normal de rat. A droite: foie rempli de graisse. On observe la grande différence de couleur et texture de l’organe.

Existe-il un traitement?

Il n’existe pas actuellement de cachet permettant de guérir la stéatose hépatique. Il existe néanmoins un certain nombre de choses qui peuvent être faites pour aider l’organisme à renverser cette situation. Nous distinguons 3 catégories de personnes:

  • Si la personne affectée bois beaucoup d’alcool, c’est pour cette raison qu’elle souffre cette patologie. L’élimination totale de la prise d’alcool est la solution au problème. Il s’agit alors d’une stéatose alcoolique.
  • Chez des patients diabétiques un meilleur contrôle de la consommation de sucre et l’utilisation adéquat de médicaments controllant le taux de glucémie aideront également à la disparition du problème.
  • Les personnes obèses devront commencer à perdre du poids pour réduire la graisse accumulée dans leur foie,

Que ce passe-t-il pour les personnes n’entrant pas dans ces 3 catégories?

3 points pour modifier votre alimentation

Pour guérir une stéatose hépatique 3 points importants seront à modifier dans votre alimentation:

  1. Réduire l’ingestion de graisses: les viennoiseries industrielles et la nourriture ultra transformée sont des sources de graisses non saturées. Ils sont donc à banir. Il convient également de réduire les aliments très gras tels que le fromage ou le pâté.
  2. Réduire la consommation de sucres simples: les boissons sucrées, les jus de fruits en brick ou en bouteilles sont des sources très importantes en sucres simples (glucose, fructose, saccharose…). Si vous voulez consommer des fruits, préférez-les entiers avec la peau. Ces derniers réduisent les pics de glucose dans le sang et, donc, la formation de graisses dans les tissus et le foie. Il convient de faire égelement attention au pain, aux pâtes et au riz. Ils ne contiennent pas directement de sucres simples, Nénamoins, la grande quantité d’almidon qu’ils contiennent sont tranformés en sucres simples à l’intérieur de notre corps (et très rapidement d’ailleur). Ils est conseillé de les consommer sous leur forme intégrale, En effet, ces derniers ralentissent la digestion et donc l’absorption des sucres.
  3. Inclure un exercice physique à votre activité journalière. Oui! l’exercice fait belle et bien parti des changements d’alimentation nécessaires. L’exercice physique est en effet inclus dans la base de la pyramide alimentaire. L’exercie physique brûle sucres et graisses. C’est pour cette raison qu’il vous aidera à traiter directement le problème.

Un autre point à prendre en compte: les aliments hépato-protecteurs

D’autres changements d’habitudes alimentaires très intéressants sont à prendre en compte, comme par exemple inclure dans l’alimentation des aliments hépato-protecteurs. Il s’agit d’aliments qui protègent le foie.

Trop peu de produits ont été étudiés quant à leur action protectrice sur le foie. Deux d’entre eux ressortent: la plante de Chardon-Marie et le reishi.

Mais, qu’est-ce que le reishi? Il s’agit d’un champignon typiquement localée dans la frange tempérée-tropicale de la planète. Il est récolté pour être consommé depuis des milliers d’années dans les pays asiatiques et, en Espagne, il peut être localisé dans des bois de chêne, de chêne-liège ou d’autres arbres feuillus.

Champignon reishi sur le sol d’un bois de chêne à la Rioja, Espagne

Le reishi se cultive ou peut être acheté cultivé.Vous pouvez trouver plus d’informations sur le reishi dans cet article:  qu’est-ce que le reishi?

Revenons-en à ces propriétés hépatoprotectrices. Si nous recherchons le mot « reishi » dans le livre Vademécum des Prescriptions en Phytothépapie, nous trouvons que le reishi est l’un des meilleur ingrédient pour protéger le foie. La consommation de ce champignon est conseillé pour traiter la cirrhose hépatique et l’hépatite chronique.

Champignon reishi récolté pour sa consommation

Début 2017, la revue Pharmaceutical biology publie une étude clinique sur la consommation de reishi et ses effets sur le foie (Mowsumi et al, 2017). Pendant 6 mois, 42 personnes se sont vus administrer soit du reishi (2g par jour de reishi pur) soit un placebo.

A la fin de l’étude, les personnes ayant consommé du reishi ont réduit les enzimes hépatiques et leur capacité totale antioxidante a nettement augmenté.

Un examen ultrasonique abdominal a été réalisé. Les patients qui ont consommé du reishi et qui avaient une altération hépatique notable ont vu la condition de leur foie inversée passant de foie légèrement gras à un foie normal. Nous pouvons l’observer sur les échographies suivantes (images extraites de la publication médicale):

Les images A et B représentent les sujets 10 et 19 qui présentent un foie légèrement stéatosique. L’image C représente le sujet 36 avec un polype de la vésicule biliaire (encerclé sur l’image). Les images D, E et F représentent les sujets 10, 19 et 36 après 6 mois de consommation de reishi. Leur structure hépatique est alors normal, sans aucun signe de stéatose hépatique ou de polype de la vésicule biliaire.

Le reishi est l’un des rares produits naturels qui, à ce jour, a demontré cliniquement avoir des effets sur un foie gras. Etant donné qu’il n’existe aucun traitement médical spécifique pour la stéatose hépatique, inclure cet ingrédient dans l’alimentation est très intéressant.

La protection du foie par des molécules active de reishi a été évaluée dans de multiples études.

La consommationde reishi pour protéger le foie

Les propriétés hépatoprotectrices du champignon ont été étudiées tant sur les virus et bactéries qui infectent le foie que sur les composants hépatotoxiques.

Il est surprenant d’observer que de nombreuses études existent pour démontrer l’utilisation du reishi comme hépatoprotecteur et le peu que ce champignon est utilisé dans ce cadre. Vous trouverez `s la fin de cet article certaines de ces études.

Protection chimique

Les molécules contenues dans le reishi, principalement des antioxydants variés, protègent de maux hépatiques provoqués par des agents toxiques sur le foie. Ci-dessous une liste des molécules vénéneuses étudiées et entre parethèse l’étude qui a trouvé le lien efficacité – protection:

  • Paracétamol (Mowsumi, et al, 2013)
  • Alcool éthylique (Shieh et al., 2001)
  • Champignons hépatotoxiques (Wu et al., 2016)
  • Benzopyrène (Lakshmi, Ajith, Jose, & Janardhanan, 2006)
  • Tétrachlorure de carbone (Sudheesh, Ajith, Mathew, Nima, & Janardhanan, 2012),
  • Galactosamine (Shi, Sun, He, Guo, & Zhang, 2008

Les zones brûlées de la viande grillée contient des benzopyrènes, substance très toxique pour notre foie. La consommation de reishi nous protège de cet effet toxique.

Protection contre les agents infectieux

D’autres études ont évalué l’efficacité du champignon contre le virus et les bactéries qui infectent le foie.Une réduction des dommages ont été démontrées:

  • Virus de l’hépatite B: (Y. Q. Li et al., 2006) y (Gao et al., 2002)
  • Bacterie de l’acné: Propionibacterium acnés (Han, Nakamura, & Hattori, 2006) y (Lin, Lin, Chiu, Yang, & Lee, 1993)
  • Bacillus Calmette Guérin (X. Wang et al., 2007),
  • Mycobacterium bovis (Zhang, Wang, Ni, Teng, & Lin, 2002)

Virus de l’hépatite B. Le reishi a démontré la protection contre ce virus in vitro.

Protection contre les blessures physiques

Il a été observé que si nous forçons une cirrhose en bouchant le canal biliaire de rats, la consommation de reishi réduits les dommages sur le foie des rongeurs  (Park, Ko, Kim, & Sohn, 1997).

Comme il a été demontré de de nombreuses études, le reishi est donc un formidable protecteur hépatique. Pour en savoir plus sur ce champignon, lisez notre article:  qu’est-ce que le reishi? 

Et si vous vous decidez de consommer du reishhi faites attention! De nombreux produits se vendent comme étant du reishi mais n’en sont pas vraiment. Pour en savoir plus, c’est par ici: quels types de reishi trouve-t-on sur le marché? 

 

Toma reishi

Vaut-il mieux consommer du reishi pur ou un extrait?

Il est imortant de résoudre ce doute si vous êtes décidé à consommer du reishi.

Un extrait de reishi (ou de tout autre champignon ou plante) est réalisé par des méthodes physico-chimiques qui concetrent certaines molécules et en rejettent d’autres. Si vous achetez un extrait de reishi qui concentre des molécules non actives sur le foie, cet extrait ne vous servira pas dans le cadre d’un stéatose hépatique. Il sera sûrement bon pour autre chose mais n’aura aucune action sur le foie.

Les molécules du reishi possédant des propriétés actives sur le foie sans des substances très variées: polysaccharides (Han et al., 2006), acides ganodériques (Y.-Q. Li & Wang, 2006), lanostanoïdes (Ha, Gerhauser, Zhang, Ho-Chong-Line, & Fouraste, 2000), acides lucidéniques (Chia Jui Weng et al., 2009; C. J. Weng, Chau, Hsieh, Yang, & Yen, 2008), acides gras et stéroïdes (Lu, Song, Jia, & Feng, 2012), entre autres. De ce fait, les procédés d’extraction ne concentreront jamais toutes ces molécules actives. Dans ce cas donc, le champigne pur aura un effet global supérieur à celui d’un extrait.

Si vous souhaitez acquérir un produit de qualité, notre reishi est le seul en Europe à être cliniquement testé. Vous pourrez le trouver dans notre  boutique en ligne

Pour les spécialistes, vous trouverez ci-dessous toutes les publication médicales citées dans le texte:

Cliquez ici pour en savoir plus

Collado Mateo, D., Pazzi, F., Dominguez Munoz, F. J., Martin Martinez, J. P., Olivares, P. R., Gusi, N., & Adsuar, J. C. (2015). Ganoderma lucidum improves physical fitness in women with fibromyalgia. Nutr Hosp, 32(5), 2126-2135. doi: 10.3305/nh.2015.32.5.9601

Chiu, H. F., Fu, H. Y., Lu, Y. Y., Han, Y. C., Shen, Y. C., Venkatakrishnan, K., . . . Wang, C. K. (2017). Triterpenoids and polysaccharide peptides-enriched Ganoderma lucidum: a randomized, double-blind placebo-controlled crossover study of its antioxidation and hepatoprotective efficacy in healthy volunteers. Pharm Biol, 55(1), 1041-1046. doi: 10.1080/13880209.2017.1288750

Donatini, B. (2014). Control of oral human papillomavirus (HPV) by medicinal mushrooms, Trametes versicolor and Ganoderma lucidum: a preliminary clinical trial. Int J Med Mushrooms, 16(5), 497-498.

Gao, Y., Zhou, S., Chen, G., Dai, X., Ye, J., & Gao, H. (2002). A Phase I/II Study of a Ganoderma lucidum (Curt.: Fr.) P. Karst. (Ling Zhi, Reishi Mushroom) Extract in Patients with Chronic Hepatitis В. 4(4), 7. doi: 10.1615/IntJMedMushr.v4.i4.50

Ha, T. B. T., Gerhauser, C., Zhang, W. D., Ho-Chong-Line, N., & Fouraste, I. (2000). New lanostanoids from Ganoderma lucidum that induce NAD(P)H:quinone oxidoreductase in cultured hepalclc7 murine hepatoma cells. Planta Medica, 66(7), 681-684. doi: 10.1055/s-2000-8647

Han, H. F., Nakamura, N., & Hattori, M. (2006). Protective effects of an acidic polysaccharide isolated from fruiting bodies of Ganoderma lucidum against murine hepatic injury induced by Propionibacterium acnes and lipopolysaccharide. Journal of Natural Medicines, 60(4), 295-302. doi: 10.1007/s11418-006-0004-z

Lakshmi, B., Ajith, T. A., Jose, N., & Janardhanan, K. K. (2006). Antimutagenic activity of methanolic extract of Ganoderma lucidum and its effect on hepatic damage caused by benzo[a]pyrene. Journal of Ethnopharmacology, 107(2), 297-303. doi: 10.1016/j.jep.2006.03.027

Li, Y.-Q., & Wang, S.-F. (2006). Anti-hepatitis B activities of ganoderic acid from Ganoderma lucidum. Biotechnology letters., 28(11), 837-841.

Li, Y. Q., Yang, Y. L., Fang, L., Zhang, Z. B., Jin, J., & Zhang, K. C. (2006). Anti-hepatitis activities in the broth of Ganoderma lucidum supplemented with a Chinese herbal medicine. American Journal of Chinese Medicine, 34(2), 341-349. doi: 10.1142/s0192415x06003874

Lin, J. M., Lin, C. C., Chiu, H. F., Yang, J. J., & Lee, S. G. (1993). Evaluation of the anti-inflammatory and liver-protective effects of anoectochilus formosanus, ganoderma lucidum and gynostemma pentaphyllum in rats. American Journal of Chinese Medicine, 21(1), 59-69.

Lu, H., Song, J., Jia, X. B., & Feng, L. (2012). Antihepatoma activity of the acid and neutral components from Ganoderma lucidum. Phytother Res, 26(9), 1294-1300. doi: 10.1002/ptr.3711

Mowsumi, Ferdousi & Rahman, Mohammad Mijanur & RAHAMAN, KHANDOKER & Hossain, Shahdat. (2013). Preventive Effect of Ganoderma lucidum on Paracetamol-induced Acute Hepatotoxicity in Rats. Journal of Scientific Research. 5. 573-578. 10.3329/jsr.v5i3.14055.

Park, E. J., Ko, G. N., Kim, J. B., & Sohn, D. H. (1997). Antifibrotic effects of a polysaccharide extracted from Ganoderma lucidum, glycyrrhizin, and pentoxifylline in rats with cirrhosis induced by biliary obstruction. Biological & Pharmaceutical Bulletin, 20(4), 417-420.

Rossi, P., Buonocore, D., Altobelli, E., Brandalise, F., Cesaroni, V., Iozzi, D., . . . Marzatico, F. (2014). Improving Training Condition Assessment in Endurance Cyclists: Effects of Ganoderma lucidum and Ophiocordyceps sinensis Dietary Supplementation. Evid Based Complement Alternat Med, 2014, 979613. doi: 10.1155/2014/979613

Semedo, M. C., Karmali, A., & Fonseca, L. (2015). A high throughput colorimetric assay of beta-1,3-D-glucans by Congo red dye. J Microbiol Methods, 109, 140-148. doi: 10.1016/j.mimet.2014.12.020

Shi, Y., Sun, J., He, H., Guo, H., & Zhang, S. (2008). Hepatoprotective effects of Ganoderma lucidum peptides against d-galactosamine-induced liver injury in mice. Journal of Ethnopharmacology, 117(3), 415-419. doi: 10.1016/j.jep.2008.02.023

Shieh, Y. H., Liu, C. F., Huang, Y. K., Yang, J. Y., Wu, I. L., Lin, C. H., & Lin, S. C. (2001). Evaluation of the hepatic and renal-protective effects of ganoderma lucidum in mice. American Journal of Chinese Medicine, 29(3-4), 501-507.

Sudheesh, N. P., Ajith, T. A., Mathew, J., Nima, N., & Janardhanan, K. K. (2012). Ganoderma lucidum protects liver mitochondrial oxidative stress and improves the activity of electron transport chain in carbon tetrachloride intoxicated rats. Hepatol Res, 42(2), 181-191. doi: 10.1111/j.1872-034X.2011.00906.x

Wang, C. W., Tschen, J. S. M., & Sheu, W. H. H. (2008). Ganoderma lucidum on metabolic control in type 2 diabetes subjects – A double blinded placebo control study. Journal of Internal Medicine of Taiwan, 19(1), 54-60. Wang, G. J., Huang, Y. J., Chen, D. H., & Lin, Y. L. (2009). Ganoderma lucidum extract attenuates the proliferation of hepatic stellate cells by blocking the PDGF receptor. Phytotherapy Research, 23(6), 833-839. doi: 10.1002/ptr.2687

Wang, X., Zhao, X., Li, D., Lou, Y. Q., Lin, Z. B., & Zhang, G. L. (2007). Effects of Ganoderma lucidum polysaccharide on CYP2E1, CYP1A2 and CYP3A activities in BCG-Immune hepatic injury in rats. Biological and Pharmaceutical Bulletin, 30(9), 1702-1706. doi: 10.1248/bpb.30.1702

Weng, C. J., Chau, C.-F., Yen, G.-C., Liao, J.-W., Chen, D.-H., & Chen, K.-D. (2009). Inhibitory Effects of Ganoderma lucidum on Tumorigenesis and Metastasis of Human Hepatoma Cells in Cells and Animal Models. Journal of agricultural and food chemistry., 57(11), 5049-5057.

Weng, C. J., Chau, C. F., Hsieh, Y. S., Yang, S. F., & Yen, G. C. (2008). Lucidenic acid inhibits PMA-induced invasion of human hepatoma cells through inactivating MAPK/ERK signal transduction pathway and reducing binding activities of NF-κB and AP-1. Carcinogenesis, 29(1), 147-156. doi: 10.1093/carcin/bgm261

Wu, H., Tang, S., Huang, Z., Zhou, Q., Zhang, P., & Chen, Z. (2016). Hepatoprotective Effects and Mechanisms of Action of Triterpenoids from Lingzhi or Reishi Medicinal Mushroom Ganoderma lucidum (Agaricomycetes) on alpha-Amanitin-Induced Liver Injury in Mice. Int J Med Mushrooms, 18(9), 841-850. doi: 10.1615/IntJMedMushrooms.v18.i9.80

Zhang, G. L., Wang, Y. H., Ni, W., Teng, H. L., & Lin, Z. B. (2002). Hepatoprotective role of ganoderma lucidum polysaccharide against BCG-induced immune liver injury in mice. World Journal of Gastroenterology, 8(4), 728-733.